Changer son système de pensées

Posted on

Pourquoi est-il si important de changer sa façon de penser lorsque nous sommes dans une impasse?

Pour beaucoup d’entre nous, notre façon de penser nous définit en tant que personne, première erreur.

À mon sens, ce qui nous compose, ce sont nos valeurs, nos idéologies, nos objectifs: comment nous discernons le bien du mal, le beau du laid, ce qui est juste et injuste?

Il est important de faire la part des choses entre la personne que l’on est (nos valeurs) et les pensées que l’on a. Bien souvent de façon automatique, comme un mode par défaut du cerveau, nous laissons nos pensées prendre le contrôle de notre vie.

Nous avons en moyenne 60000 pensées par jour. Il y a donc des pensées conscientes, inconscientes, des pensées réductrices, limitantes, créatrices, fantasmatiques etc.

Toutes ne se transforment pas en actions. Elles sont simplement le fruit d’une multitude d’expériences et de croyances qui nous amène à différents schémas mentaux. 

Il est parfois intéressant de s’attarder sur certaines pensées pour optimiser l’énergie créatrice et d’éliminer celles qui nous limitent.

En séance, je rencontre des personnes qui souhaitent être plus épanouies, améliorer leur relation, avoir confiance en eux ou une meilleure estime de soi. Mais il est difficile pour eux de changer parce qu’ils ne connaissent pas d’autres manières de penser.

Seulement, si je veux changer ma vie ou l’expérience que j’en ai, il est conseillé dans un premier temps, d’observer ma façon de penser (négations, dévalorisation, auto-critique…).

Comment fonctionne le système de pensée ?

La prédisposition valide la pensée par une action, cette pensée devient alors une expérience et consolide une croyance. En d’autres termes, le corps suit la pensée.

Lorsque la pensée devient factuelle, réelle, elle est un argument de plus pour nous donner raison. “Tu vois je te l’avais dit… Je suis trop timide pour parler en public”. L’ego aime avoir raison.

Il est finalement essentiel de savoir qui l’on est et qui l’on veut devenir. Essentiel de parler et de penser comme la personne que nous aimerions être.

Comment fait-on concrètement ?

Comment puis-je changer mon système de pensée ?

1- Remarquer simplement. Remarquer quelles sont les pensées qui bloquent la création. La pensée qui nous empêche d’atteindre notre objectif.

2- Décider de créer un nouveau schéma neurologique. Entraîner son cerveau à penser différemment en exprimant des phrases telles que “J’essaye de..” – “Je peux” – “Je suis volontaire”

Il est important de formuler des intentions accessibles et de manière progressive pour ne pas être d’emblée découragé.

3- Enfin c’est l’action qui va permettre de changer le résultat. Une fois que le conditionnement est bon, on va essayer, on va expérimenter. C’est à ce moment-là que le cerveau va créer de nouveaux schémas avec l’option “c’est possible”. 

Et plus il y aura de connexions neuronales de “c’est possible” plus cela deviendra un automatisme. 

Il faut 21 répétitions au cerveau pour devenir un réflexe. 

Cela dit, toutes les pensées ne sont pas bonnes à changer. Parfois, nous ressentons de la peur ou de la colère, et il est bon de vivre pleinement cette pensée-émotion pour qu’elle puisse se dissiper. 

Si cette émotion/sentiment nous paralyse trop longtemps, voyons comment nous pouvons la changer.

Essayons, observons, changeons, allons vers nos plus grandes peurs, acceptons l’inconfort pour se sentir vrai, enjoué et vivant.

La vie ne commence-t-elle pas lorsque nous sortons de notre zone de confort ?

J’aimerais terminer cet article avec un exemple de ce qu’il se passe en séance concernant le système de pensée.

Cas concret :

Je prends l’exemple d’une personne qui est venue me voir car elle n’arrivait pas à surmonter le deuil de son mari. (circonstance)

Sa pensée était “je n’ai pas fait suffisamment, je m’en veux de vivre heureuse sans lui, je n’ai pas pris les bonnes décisions concernant son hospitalisation”.

Ces pensées la poussaient à culpabiliser, se dévaloriser, se décourager (émotions-sensations). Ça l’empêchait d’être heureuse, elle se punissait.

Elle était en colère contre elle. Ses sentiments et émotions l’entraînaient à subir son travail, sa vie personnelle, son quotidien, en somme, à subir sa vie. 

Les circonstances et le système de pensées l’ont conforté dans l’idée qu’elle ne pouvait pas vivre une vie heureuse après la mort de son mari. Voilà la boucle.  

A sa demande, nous avons travaillé ensemble pour trouver un nouveau schéma de pensée. 

Je l’ai accompagné pour qu’elle prenne conscience de ce cercle vicieux. 

Je lui ai donc proposé un premier choix de pensée “vous avez fait de votre mieux, vous ne pouviez pas tout maîtriser, la vie est ainsi faite, il vous accompagne spirituellement aujourd’hui” 

J’ai tout de suite senti son angoisse. Puis, sa réaction a été de dire « Qu’est qu’il doit penser… ? »

Elle avait donc des choses à lui dire. 

Je l’ai accompagné à imaginer une discussion avec son mari (“Qu’est ce que vous aimeriez lui dire ?” “Quelle réponse attendez-vous de lui ?”) 

Et c’est avec ce qu’elle a imaginé que nous avons tissé sa nouvelle croyance. 

“Mon mari m’accompagne spirituellement, je le fais vivre à travers mes expériences, je décide de le faire vivre de façon positive. J’arrête de le faire vivre au travers de ma culpabilité” 

Ça fonctionne ! Elle prit une grande bouffée d’air et soupira de soulagement. Nous avons donc trouvé la nouvelle pensée. 

De cette pensée sont nées de nouvelles émotions, de nouvelles actions. 

Elle s’est mise à lui réserver une partie de son bureau, un joli stylo qu’elle choisit précieusement. Elle décida de lui écrire des lettres, puis un livre. De lui raconter sa nouvelle vie par écrit. 

Peu importe la croyance tant qu’elle nous permet de vivre selon nos valeurs et de se sentir en paix. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.